Petites curiosités ayant trait à l'Italie

La Crèche

  

D'où vient la tradition de la crèche ?

Les premiers à décrire la Nativité sont les évangélistes Luc et Matthieu.

Dans leurs récits apparait une image de ce qui deviendra plus tard au moyen-âge «la crèche», du latin «cripia».la-creche-3.jpg

La crèche que nous connaissons tous, est due à la volonté de Saint François d'Assise de faire revivre, dans un cadre naturel, la naissance de l'enfant Jésus. L'idée lui est venue en 1222, quand à Bethléem  il eut l’occasion d’assister aux cérémonies religieuses pour la naissance de Jésus. François y fut tellement impressionné que, de retour en Italie, il demanda au pape Honorius III d’organiser les célébrations des futures fêtes de Noël.

En ces temps-là, les représentations sacrées ne pouvaient être tenues dans les églises. Le pape lui permit de célébrer une messe en plein air. C'est ainsi que dans la nuit du réveillon de Noël, en 1223 à Greccio, en Ombrie, Saint François d'Assise mit en place la première scène vivante de la Nativité. Les paysans de la région accoururent dans la grotte, les frères illuminaient avec leurs flambeaux le paysage nocturne et, à l'intérieur de la grotte, trônait une mangeoire rempli de paille, avec à côté le bœuf et l'âne.

La première scène de la Nativité, avec tous ses personnages, remonte à 1283, avec l’œuvre de Arnolfo di Cambio, sculpteur de huit statues en bois représentant la Nativité et les rois mages. Cette crèche est conservée dans la Basilique de Santa Maria Maggiore à Rome. Dès lors et jusqu'au XV° siècle, les artistes façonnent des statues en bois ou en terre cuite. Cette activité artistique se développe principalement en Toscane, mais la crèche prend peu de temps à se répandre dans le Royaume de Naples et, de là, dans tous les États italiens.la-creche-gnu-free-documentation-license.jpg

Au VII° et VIII° siècle, les artistes napolitains donnent aux scènes de la Nativité une connotation nouvelle, en les insérant dans un aperçu de la vie quotidienne et familiale, présentant des personnages pris dans leurs activités quotidiennes. Cette tradition est encore bien vivante aujourd’hui, comme en témoignent les étals populaires des personnages de la crèche le long de la via San Gregorio Armeno à Naples. On doit aussi aux artistes napolitains d’avoir présenté leurs personnages avec des membres en fil de fer et de les avoir revêtus de vêtements de tissus précieux.

Au XIX° siècle, la diffusion de la crèche atteint les niveaux populaires. Dans ce même siècle, dans les Pouilles,  les figurines en papier mâché polychrome commencent à être utilisées. Dans les familles nobles de Rome, nait une véritable concurrence pour la construction de la plus grande scène de la Nativité. Sont restées célèbres les représentations de la Nativité de la famille « Forti » au sommet de la tour des « Anguillara » et celles de la famille « Buttarelli », qui reproduisait la crèche de Saint François.


 

Les symboles de la crèche

Le bœuf et l'âne sont les symboles des Juifs et des païens. Les mages peuvent être considérés comme la représentation des trois âges de l'homme : jeunesse, maturité et vieillesse, ou bien les trois races en lesquelles, selon le récit biblique, se divise l'humanité : les Sémites, les Japhétiques et les Chamitiques, du nom de trois fils de Noé. Les anges sont des exemples de créatures supérieures.la-creche-2.jpg

Les pasteurs représentent l'humanité à racheter. L’attitude de l'adoration de Marie et de Joseph sert à mettre l'accent sur la royauté de l'enfant à naître. Les cadeaux des rois mages ont une double référence, à la nature humaine de Jésus et à sa royauté : la myrrhe pour sa virilité, l’encens pour sa divinité, l’or car le don est réservé aux rois.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×